Jade et les sacrés mystères de la vie - François Garagnon




 Un joli conte philosophique, la vie à travers les yeux d'une enfant.

Quatrième de couverture

Jade est une petite fille qui aborde la vie avec la profondeur du philosophe, l’attention émerveillée du poète et la candeur de l’enfant. Le sens de la vie, la joie, le hasard et la destinée, le sacré, Dieu, rien n’échappe à sa perspicacité ni à son regard facétieux.
Par exemple, pourquoi les hommes parlent-ils toujours de la paix et n‘arrêtent-ils pas de se faire la guerre ? Comment vivre son rêve au lieu de passer son temps à rêver sa vie ?
Dans son style imagé, traversé de bienveillance, de tendresse et d’humour, Jade partage avec nous sa quête de saveur et de sens. Grâce à elle, la vie coule de source et nous éclabousse d’une espérance joyeuse.


Mon avis

Dès le départ, on pourrait croire à un roman qui tourne autour de la religion. Dieu est mis en avant, mais c'est bien plus profond que ça. Il faut lire ce livre avec beaucoup de recul et surtout avec sa propre interprétation et croyance.

On a toujours tendance à associer Dieu à une quelconque religion, ce qui est bien une erreur. Avoir la foi, croire en quelque chose, qu'on appelle ça Dieu, l'univers, le destin ou tout autre chose... Ou croire tout simplement en soi-même, peu importe. Les grandes lignes de ce livre s'adresse à toutes et tous.

Ce roman est plein de bienveillance et de tendresse et nous ouvre les portes du questionnement sur la vie : pourquoi dire quand on veut on peut ? Non, quand on y croit on peut ! Ne dit on pas que nous attirons ce que nous vibrons : le positif attire le positif.

Un roman de type développement personnel avec les yeux et l'écriture d'un enfant. Je trouve que cela change de ce qu'on a l'habitude de voir. Jade ne s'exprime pas toujours très bien, mais ce qu'elle dit sonne toujours juste et a fait beaucoup écho en moi sur un paquet de choses.

Cette écriture enfantine et parfois maladroite permet à des enfants de pouvoir le découvrir et le lire. Et c'est ça que j'ai beaucoup aimé. Finalement, pourquoi les enfants n'auraient pas le droit eux aussi de se poser des questions existentielles sur la vie ?


Vous aimerez peut-être

0 Commentaires